Chaudières gaz interdites !

28 mars 2023

 

 

La direction générale de l’Énergie et du Climat a informé plusieurs acteurs de l’énergie qu’une réflexion est en cours au sein des services du ministère de la Transition écologique pour interdire toutes installations de nouvelles chaudières gaz dans les habitations.

Cette mesure renforcerait l’objectif de l’État en matière de diminution des gaz à effet de serre.

Faut-il se réjouir de cette interdiction ? Quelles sont les conséquences pour les particuliers et le secteur industriel ?

Rappelons d’abord que le secteur résidentiel, c’est-à-dire les ménages français, représente 31 % de la dépense finale énergétique. C’est le plus gros poste de dépense énergétique en France, à égalité avec le transport.

28 % de cette dépense sont directement produits par l’utilisation du gaz naturel. Il est majoritairement utilisé pour subvenir aux besoins en chauffage des habitations par l’intermédiaire des chaudières fonctionnant au gaz.

Quel serait le calendrier de ces interdictions ?

La nouvelle réglementation environnementale RE 2020, entrée en vigueur en janvier 2022, proscrit déjà l’installation de chaudières gaz pour toute nouvelle construction de maisons individuelles.

La disparition des chaudières gaz dans les logements collectifs neufs sera plus progressive. Elles sont encore possibles jusqu’à la fin 2024 puis potentiellement envisageables jusqu’à la fin 2028, à condition de les mixer avec des énergies renouvelables. Passé 2028, l’installation de chaudière gaz ne sera plus possible dans l’immobilier neuf.

Quel serait donc le secteur concerné par cette nouvelle interdiction ?

Les possibles interdictions visées par le ministère de la Transition écologique concernent le renouvellement d’une chaudière gaz dans le cadre d’une rénovation. Pour faire simple, vous ne pourrez plus renouveler votre chaudière gaz arrivée en fin de vie.

D’ailleurs, les aides financières pour installer une chaudière gaz dans le cadre d’une rénovation énergétique ont quasiment disparues. Depuis le 1er janvier 2023, les dispositifs MaPrimeRénov et Coup de pouce chauffage ont été supprimés pour toute installation au gaz, et la prime énergie est de moins de 400 €.

Quels sont les types d’installations disponibles pour remplacer les chaudières gaz ?

Le but est de remplacer les chaudières gaz par des systèmes à énergie renouvelable comme les dispositifs de pompe à chaleur ou les chaudières au bois.

Par exemple, depuis le 1er mars 2023, pour tous les ménages qui souhaitent passer à un dispositif de pompe à chaleur par géothermie, l’État a augmenté l’aide mobilisable à 5000 €, quelles que soient les conditions de revenus du foyer.

Quelles sont les conséquences pour le secteur industriel du gaz ?

Ce sont bien évidemment des milliers d’emplois qu’il faudra recycler pour transformer ce secteur industriel important. Que ce soit sur les sites de stockage du gaz, dans le domaine du transport ou encore les entreprises spécialisées dans la pose des installations.

De manière plus globale, en 2021, la France a consommé 140 TWh d’énergie produite par le gaz. Pour supprimer l’utilisation de cette ressource, nous devrions, par exemple, accroître de 12 à 15 % notre production d’électricité avec le nucléaire, sans compter l’augmentation à venir de la consommation électrique.

Avons-nous suffisamment de temps pour opérer cette transformation ?

L’utilisation des énergies fossiles a façonné le développement fulgurant de notre civilisation. Aujourd’hui encore, 80 % des besoins énergétiques dans le monde sont assurés par les énergies fossiles comme le pétrole, le gaz et le charbon.

Malheureusement pour notre planète et le réchauffement climatique, il faut du temps pour transformer une économie mondiale composée de 8 milliards d’habitants. Ce que l’humanité a bâti en plus de deux siècles avec les énergies fossiles, nos dirigeants européens et français pensent le transformer en seulement deux décennies. Comme s’il suffisait de le dire pour que d’un coup de baguette magique tout devienne possible.

Pour tenir les objectifs d’une telle transformation des usages aussi rapidement, les interdictions ne suffiront pas. L’État doit également développer une politique de réindustrialisation massive de notre pays pour accompagner ces mutations profondes.


Guillaume MILLO
Expert en rénovation de bâtiments anciens
Auteur – Chroniqueur radio
LinkedIn: linkedin.com/in/guillaume-millo

Prendre un rdv gratuit
pour un audit

Vous aimerez également ...
Tout afficher

Le pouvoir énergétique de l’étanchéité à l’air !

Dans le cadre d’une rénovation, il est important d’isoler, de changer les fenêtres et de ventiler correctement les habitations pour limiter nos consommations d’énergie. Nous allons aborder aujourd’hui une autre clé de performance énergétique souvent sous-estimée : l’étanchéité à l’air des bâtiments. Pourquoi faut-il rendre nos maisons étanches à l’air ? Quel est l’impact réel sur nos […]

L’effet rebond !

Les débats actuels sont orientés vers la sobriété et la rénovation énergétique de notre parc immobilier. Mais avons-nous suffisamment de retours sur l’efficacité des rénovations énergétiques ? Est-ce que nous atteignons réellement dans les faits les niveaux de consommation performants visés ? Nous allons aujourd’hui aborder le phénomène constaté de l’effet rebond des consommations après la réalisation […]

Bois énergétique : renaissance d’une tradition ?

  Le bois était une ressource d’énergie très importante pour nos anciens. Ils l’utilisaient principalement pour se chauffer et pour la cuisson des aliments. De nos jours, quelle est la place du bois dans notre bouquet énergétique ? Est-il une ressource d’énergie renouvelable ? Devons-nous développer la filière du bois en France pour renforcer notre souveraineté ?   […]