Rénovation énergétique : chute libre du nombre d’entreprises !

8 avril 2024

 

Début mars, le gouvernement a annoncé des mesures pour faciliter l’obtention du label RGE pour les entreprises et les artisans spécialisés dans les travaux de rénovation énergétique.

Les organismes de l’État ont en effet constaté une chute brutale ces deux dernières années du nombre d’entreprises labélisées.

Pourquoi avons-nous besoin d’entreprises RGE ? Quels sont les impacts de cette baisse pour les ménages français souhaitant réaliser une rénovation énergétique ?

 

D’abord, qu’est-ce que le label RGE ?

Le label RGE, « reconnu garant de l’environnement », s’adresse aux artisans et aux entreprises spécialisés dans les travaux de rénovation énergétique.

Il permet de référencer les artisans et de valoriser leur savoir-faire.

Pour les particuliers qui souhaitent obtenir les aides de l’État comme ma MaPrimeRénov’ ou l’éco-prêt à taux zéro, il est obligatoire de faire réaliser les travaux par des entreprises RGE. C’est dire l’importance de ce label.

La labélisation est également un gage de qualité et permet de combattre les fraudes massives dans le secteur, comme nous l’avons vu dans une précédente chronique.

 

Que doit faire une entreprise pour obtenir cette certification ?

D’abord, l’entrepreneur doit choisir le ou les labels RGE correspondant à ses domaines de compétence auprès d’un organisme spécialisé et conventionné par l’État.

Au moins un des collaborateurs de l’entreprise doit suivre un cursus de formation pour devenir le référent technique.

Ensuite, l’entrepreneur doit déposer un dossier de demande auprès de l’organisme certificateur qui vérifiera le respect des conditions d’attribution du label.

Pour finir, sachez que l’obtention de la certification RGE est valable quatre années au bout desquelles l’entreprise devra déposer un dossier de renouvellement.

 

Combien y a-t-il d’entreprises RGE en France ?

D’après les données de l’ADEME et une enquête de Heero, acteur du financement de la rénovation énergétique, il existe 55 000 entreprises possédant le label RGE en France en 2024. Ce qui est très surprenant, c’est que nous constatons une baisse de 16 % des entreprises certifiées par rapport à 2023 et 23 % par rapport à 2021.

Ce chiffre devrait encore baisser cette année, car près de 17 500 entreprises ont leur certification qui arrive à expiration à la fin 2024.

 

Pour quelles raisons le nombre d’entreprises certifiées diminue aussi massivement ?

C’est, en effet, un véritable paradoxe. Nous constatons un effondrement du nombre d’artisans et d’entreprises certifiés RGE dans tous les corps de métier, alors que l’État a annoncé une augmentation des aides à la rénovation énergétique très importante en 2024 qui devrait au contraire stimuler le secteur.

Les raisons de cette chute sont multiples et souvent liées à la complexité administrative, le coût de l’obtention du label, les changements réguliers dans les politiques d’aide à la rénovation, les fluctuations réglementaires et un manque de ressources et de main-d’œuvre.

 

Existe-t-il un département plus impacté que les autres ?

La baisse est généralisée. Nous constatons, par exemple, qu’aucun département n’a vu le nombre d’entreprises certifiées augmenté cette année. La majorité des départements présentent en moyenne une baisse de 10 %.

Mais c’est particulièrement en région Île-de-France où la baisse est la plus marquée avec environ 25 % de moins. Nous supposons que l’organisation des Jeux olympiques et les nombreux chantiers en cours ont rempli les carnets de commandes des entreprises réduisant à moyen terme la nécessité pour les entrepreneurs d’être labélisé.

 

Quelles sont les mesures annoncées par le gouvernement et seront-elles suffisantes ?

Les nouvelles mesures permettront de faire les demandes de labélisation directement en ligne, de manière dématérialisée.

L’accès au label RGE pourra également être obtenu par la validation d’acquis en fournissant des preuves de réalisation de chantier de rénovation énergétique pour les entreprises de moins de 10 salariés.

Le label sera aussi valable 8 ans au lieu des 4 actuels.

Pour avoir échangé avec plusieurs entrepreneurs sous certification RGE, tous disent vivre un véritable enfer administratif pour obtenir le label. Paradoxalement, cette lourdeur administrative pour les entreprises méritantes n’empêche pas les fraudes massives dans le secteur de la rénovation énergétique. Preuve que quelque chose ne tourne pas rond. Espérons que ces nouvelles mesures apporteront plus de fluidité et encourageront nos entrepreneurs et nos artisans honnêtes.

Lien vers le communiqué de presse de Heroo : Étude RGE 19/03/2024 (ep-builder.com)


Guillaume MILLO
Expert en rénovation de bâtiments anciens
Auteur – Chroniqueur radio
LinkedIn: linkedin.com/in/guillaume-millo
Vous aimerez également ...
Tout afficher

Le naufrage 2024 de MaPrimeRénov’ !

  Le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures de simplification pour le dispositif MaPrimeRénov’ à partir du 15 mai 2024.   Pour quelles raisons faisons-nous encore une réforme ? Ces mesures seront-elles efficaces ? Quelles sont les conséquences pour les ménages français et le secteur de la construction ? Dans une précédente chronique, nous avions évoqué la baisse du […]

Les bâtiments à l’épreuve des séismes !

  Le 3 avril, un important séisme a frappé l’île de Taïwan faisant 17 morts et plus de 1 000 blessés. Ces phénomènes naturels peuvent faire beaucoup de victimes et sont à l’origine de nombreux dégâts matériels. Rappelons-nous le séisme dévastateur au Japon en 2011 qui avait déclenché un tsunami et provoqué un accident nucléaire à Fukushima. Quelle est […]

La géothermie volcanique, du feu sous la glace !

Lors d’une précédente chronique en mars, nous avions abordé le potentiel de la géothermie offshore qui permet de produire de l’énergie en extrayant la chaleur de la Terre depuis les fonds marins. Aujourd’hui, nous allons continuer notre travail de prospection en matière d’énergie avec la géothermie volcanique terrestre. Un projet de recherche a été initié […]