Sobriété énergétique en été !

27 juin 2023

 

La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a annoncé le 20 juin l’acte 2 du plan de sobriété énergétique pour l’été.

Après avoir constaté une diminution encourageante de la consommation d’énergie cet hiver, le gouvernement incite les Français à ne pas relâcher leurs efforts pour réduire durablement leur consommation en électricité, gaz et carburants.

 

Quelles sont ces mesures ? Sont-elles nécessaires et efficaces ?

D’abord, il est important de préciser que RTE (Réseau de Transport de l’Électricité en France) a constaté dans son rapport présenté le 16 mars 2023 une baisse de la consommation de 9 % par rapport à un hiver normal sur la période d’octobre 2022 à février 2023. C’est l’équivalent au total de 27 TWh d’économie d’électricité.

  • 75 % de cette baisse sont directement liés aux effets de la crise énergétique et aux efforts de sobriété.
  • 25 % sont attribués à une météo particulièrement clémente cet hiver.

Nous avons également constaté une nette baisse de la consommation du gaz pour les besoins en chauffage.

 

Les Français sont-ils donc majoritairement à l’origine de la baisse de la consommation ?

La diminution de la consommation a été constatée dans les secteurs de l’industrie, du tertiaire et du résidentiel.

Les particuliers et les ménages ont donc largement contribué à l’effort de sobriété.

Ces indicateurs sont très encourageants et démontrent que les Français ont été sensibles à la nécessité de faire des efforts en modifiant leurs habitudes de consommation.

 

Pourquoi demander aux Français de poursuivre leurs efforts pendant l’été ?

Il est vrai que les pics de consommation d’énergie sont constatés en hiver. Même si nous ne risquons pas de black-out électrique en été, il est néanmoins important de modifier nos comportements de consommation pour diminuer durablement nos besoins en énergie tout au long de l’année afin d’atteindre l’objectif de neutralité carbone.

 

Quelles sont les nouvelles mesures annoncées par le gouvernement pour le plan de sobriété acte 2 ?

Parmi les mesures annoncées, nous retenons principalement :

  • L’incitation à limiter la température à 26 °C à l’intérieur des bâtiments avec la climatisation.
  • Les maires sont également chargés de faire appliquer le décret du 6 octobre 2022 qui impose aux commerces de fermer leurs portes lorsqu’ils utilisent un climatiseur.
  • Pour finir, l’État et plusieurs grandes entreprises demandent à leurs agents et aux salariés de limiter leur vitesse à 110 km/h sur autoroute au lieu de 130.

 

Ces mesures seront-elles pertinentes et efficaces ?

Ce sont avant tout des mesures de bon sens, à l’exemple d’obliger les commerçants à fermer les portes ou de limiter la vitesse à 110 km/h.

En revanche, la mesure concernant la température minimale à l’intérieur des bâtiments n’est pas une nouveauté. Il faut savoir que la notion de température de confort d’été à 26 °C a été introduite dans la réglementation thermique de 2005. C’est plutôt un rappel à la loi qu’une mesure innovante pour consommer moins.

 

Rien d’exceptionnel donc dans les annonces gouvernementales ?

Elles ont le mérite de poser le débat et de rappeler les bonnes pratiques.

Mais ces mesures ont impact à court terme. Elles ne s’inscrivent pas dans une vision du monde à l’horizon 2050.

L’accélération du réchauffement climatique avec des épisodes caniculaires qui vont être de plus en plus nombreux et intenses pose la question, par exemple, de l’énergie que nous allons dépenser pour maintenir un standard de température à 26 °C à l’intérieur des bâtiments, alors qu’il fait 40 °C à l’extérieur une bonne partie de l’été.

Il me semble important et urgent de réfléchir à la France dans un monde à plus 4 ou 5 degrés d’augmentation des températures pour nous préparer aux conséquences. Les mesures d’adaptation doivent être prises dès maintenant, dans la politique publique, pour que nous ayons le temps nécessaire de construire la France de 2050, voire de 2100.


Guillaume MILLO
Expert en rénovation de bâtiments anciens
Auteur – Chroniqueur radio
LinkedIn: linkedin.com/in/guillaume-millo
Vous aimerez également ...
Tout afficher

La rénovation sera globale et performante ou ne sera pas !

  Le Comité Stratégique de Filière « Industries pour la Construction » vient de publier un livre blanc pour développer une filière industrielle de la rénovation globale et performante des bâtiments.   Quels sont les raisons et les enjeux d’une telle publication ? Est-ce un appel à la transformation de notre industrie ? Quelles seraient les perspectives de réindustrialisation […]

Le Graal des industriels : le ciment zéro émission !

  Dans une précédente chronique, nous avions évoqué les ravages environnementaux causés par la fabrication du béton. Une équipe de chercheurs de l’université de Cambridge aurait trouvé le moyen de recycler le béton pour fabriquer du ciment zéro émission.   Quelles sont les implications de cette découverte ? Pouvons-nous espérer réduire considérablement l’empreinte carbone du béton […]

Sobriété : le réveil énergétique des Français !

  Nous parlons régulièrement des enjeux de la rénovation énergétique pour diminuer nos consommations d’énergie et nos émissions de CO2. Pouvons-nous mesurer réellement l’impact de nos politiques publiques ? Notre parc immobilier est-il vertueux ? Existe-t-il d’autres pistes de réflexion ?   Mais d’abord quel est l’état des consommations dans le secteur résidentiel ? Selon les chiffres disponibles, la […]